Métamorphoses – Samantha Bailly

 

métamorphoses-samntha-bailly

Auteur : Samantha Bailly

Éditeur : Bragelonne

Parution : 19 Novembre 2014

Pages : 552

ISBN : 9782352947998

Genre : Fantasy

 

Résumé : Dans la cité de Lyneroy, les commerces éclatants cohabitent avec les plus sombres marchés noirs…Sonax a treize ans lorsque sa vie bascule. Jeune garçon androgyne destiné à suivre une voie dans la banque, il quitte tout pour le théâtre solaire, un lieu où il se découvre une nouvelle famille. Mais derrière la scène, entre faux-semblants et jeux de pouvoir, la réalité d’Hélderion n’a rien à envier aux drames qui se jouent sur les planches. Il ignore alors à quel point il va devoir apprendre à jouer un rôle en permanence, en découvrant les dangereuses coulisses de la cité la plus riche du royaume.Entraîné dans des intrigues politiques qui le dépassent, il sera changé en polymorphe, un être capable de modifier son apparence à volonté…Car quel acteur n’a jamais rêvé de contrôler l’histoire au gré de ses métamorphoses ? (Source : Bragelonne)

J’ai eu envie de lire Métamorphoses suite à la lecture d’Oraisons, premier roman de Samantha Bailly. Le personnage de Sonax, insaisissable trafiquant, apparaît déjà dans Oraisons. Son physique atypique et surtout son excentricité m’avait vraiment donné envie d’en savoir un peu plus sur lui.

Je vous déconseille si vous n’avez pas lu Oraisons de vous lancer dans cet opus : vous risquez malheureusement de passer complètement à côté de l’intrigue d’Oraisons, les deux histoires étant très imbriquées.

J’aime beaucoup le style de Samantha Bailly, à la fois fluide, lumineux, solaire. L’équilibre entre les passages descriptifs et les dialogues rend la lecture très vivante et imagée. Je n’ai pas eu de difficulté à me figurer les paysages, les intérieurs de façon assez poussée (je m’imaginais un univers renaissance, un peu japonisant avec des couleurs pastelles). Les paragraphes d’introduction de chaque chapitre permettent de retracer l’histoire, la mythologie du royaume d’ Héldérion : car un des points de cette histoire, c’est vraiment la crédibilité, le travail très poussé de Samantha Bailly autour de la création de son univers.

Deuxième (très) gros point fort : le personnage de Sonax. L’évolution de Sonax et sa longue émancipation au fil des années ne vont pas se faire sans heurt, sans drame, sans mort. Sonax est toujours dans un rapport de soumission à l’autre (à sa mère, puis à Pendaron le dirigeant du Théâtre Solaire ou encore à Nwinver la grande jadielle). La seule personne dont il ne semble jamais ressentir le besoin de sa détacher est sa sœur jumelle, Perle. Il va multiplier les identités : jeune fils de commerçant soumis, acteur à succès, trafiquant métamorphe. Ce personnage m’a beaucoup touché, en particulier dans une partie très noire du roman : après s’être affranchi, il va errer à travers le royaume. Sa tête ayant été mise à prix, il ne peut plus apparaitre sous sa véritable identité et est en quelque sorte privé de lui-même. Les personnages secondaires sont également très bien construits. J’ai beaucoup aimé les personnages de Jaspe, son père Pendaron et Nwinver mais j’avoue que je suis tombée sous le charme de Sonax…

Autre point fort de cet opus  : il contient beaucoup de révélations, de prolongements de l’histoire des sœurs Manérian et offre une seconde lecture d’Oraisons. On découvre d’avantage les différentes corporations, leurs dirigeants et en particulier Volplume. Je suis ressortie de la lecture de Métamorphoses avec une vision beaucoup plus nuancée des dirigeants volplumiens…

Le seul point noir de cette histoire : la fin…

Moi qui m’attendais à sortir les mouchoirs, à mettre trois jours à me remettre de la mort de Sonax et bien… J’attends toujours !

Trêve de plaisanteries !

Métamorphoses est un gros gros coup de cœur (peut-être encore un peu plus qu’Oraisons). J’ai quitté cet univers et Sonax à regret. Ce personnage rentre vraiment dans le top ten de mes personnages préférés (un peu derrière le professeur Rogue, mais pas loin). J’ai d’ailleurs trouvé qu’il y’ avait quelques similitudes entre les deux personnages : le rapport à la solitude, le fait de devoir constamment porter un masque mais ceci est une autre histoire ! 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s