Fake ! Fake ! Fake ! – Zoé Beck

fake-zoe beck

Auteur : Zoé Beck

Editeur : Milan jeunesse

Parution : 2016

Pages : 220 pages

ISBN : 9782745972634

Genre : Contemporain, young adult

Résumé : Edvard, 14 ans, mal dans sa peau, se crée un profil sur Facebook pour séduire Constance : Jason, un Américain en voyage scolaire en Allemagne. De plus en plus éprise de Jason, Edvard fait mourir son personnage virtuel d’une erreur médicale créant un véritable soulèvement, mobilisant les internautes face à cette injustice. Mais Edvard reste toujours ignoré de Constance.

J’avais lu des critiques à la fois positive sur ce roman et d’autres plus mitigées. Et je me classe malheureusement dans le second camp…

On va suivre les pensées d’Edvard, jeune adolescent dont les principales préoccupations sont : la jolie Constance qui ne lui accorde pas un regard, le collège où il est la cible des moqueries de ses camarades et en particulier de Henk (la brute épaisse du collège pour qui Constance en pince), ses parents des bobos bio qui ne comprennent pas son amour de la viande (entre autres), l’absence de poil sur son torse et les crottes du caniche de son voisin dans lesquels il marche régulièrement. Jusque-là, rien de très original mais tout de même une pointe d’humour … !

Dès les vingt premières pages, certaines expressions employées par Edvard ou certains choix de l’auteur (comme le nom du paysan bio) m’ont fait tiquer. On avance assez vite dans l’histoire, les parents d’Edvard et le personnage de Constance et Henk m’ont très vite semblés très stéréotypés et assez creux. De même pour les deux meilleurs amis d’Edvard : j’ai trouvé que l’on savait assez peu de choses sur eux, leur relation, leurs hobbies qui sont quand même les centres d’intérêts cruciaux pour un adolescent. Cet aspect m’a beaucoup gêné dans ma lecture car même si l’histoire est racontée du point de vue Edvard qui tient une sorte de journal intime, j’ai trouvé les autres personnages presque absents, inintéressants. Edvard a malgré tout un côté attachant, drôle parfois mais son personnage n’est à mon sens pas assez fouillé pour un faire un personnage marquant.

Le point de ralliement entre l’histoire du faux profil de Jason et celle du vieux monsieur Tannenbaum m’a beaucoup gênée : j’ai trouvé cette histoire au final très peu crédible. La résolution m’a semblé tellement grosse pour être vraie (et en plus vite expédiée lors du petite fête où tout le monde se retrouve et tout est bien qui finit bien !). L’auteur a parfois réussi tout de même à me faire sourire, son style est fluide mais je n’ai pas vraiment accroché ni au ton choisi, ni aux personnages et encore moins à la fin du roman.

Dommage car j’aime beaucoup ces thèmes des réseaux sociaux, de l’identité et de l’image de soi dans les romans YA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s