Animale – Victor Dixen

aniamle

Auteur : Victor Dixen

Editeur : Gallimard Jeunesse (Pôle fiction)

Parution : 2015

Pages : 525

ISBN : 9782070668533

Genre : Fantastique

 

Résumé : 1832. Blonde, dix-sept ans, a grandi dans un couvent, entourée de mystères. Qui sont ses parents, et que leur est-il arrivé? Quelle est la cause de ses évanouissements fréquents? Alors qu’elle s’enfuit pour remonter seule le fil du passé, Blonde se découvre un côté obscur, une part animale: il y a au cœur de son histoire un terrible secret.

Mon avis : J’ai mis plusieurs années à me décider à lire ce livre. Sorti en pleine mode des réécritures de contes, Animale (inspirée de « Boucle d’or et les trois ours ») m’avait intrigué mais pas suffisamment pour dissiper certaines craintes : allais-je réellement lire une nouvelle histoire ? Cette histoire allait-elle rester crédible mais suffisamment originale ?

Je vous rassure : mes craintes ont très vite été balayées ! Le conte n’est que le point de départ d’une histoire bien plus vaste et passionnante. Nous allons mener l’enquête au côté de Blonde à la recherche de son histoire familiale, lire les lettres laissées par sa mère il y’ a des années et plonger au cœur des mystères qui ont entourés sa naissance. Sa rencontre avec le jeune tailleur de pierre Gaspard et la découverte de sa maladie vont la mener au delà des Vosges, vers le Grand Nord.

Blonde va se métamorphoser tout au long du roman. La jeune fille innocente qui a toujours vécu à l’abri du monde et dont la méchanceté de ses camarades de classe et la rigueur des religieuses étaient les seuls malheurs va se heurter à la cupidité et à la haine. Son évolution est à la fois étrange et déchirante. J’ai également beaucoup aimé le personnage de Gabrielle de Brances à la fois forte, déterminée et en avance sur son temps. En revanche, j’ai un peu moins accroché sur le personnage de Gaspard que j’ai longtemps trouvé trop lisse, pas assez « romantique » et vivant comme pouvaient l’être Blonde ou Gabrielle.

Ce texte est très imprégné de la période romantique. Les références à Chateaubriand et à certains de ses thèmes de prédilection (l’expression des passions, le rapport à la nature, le voyage ou encore la religion) ainsi qu’au contexte politique de l’époque créent une toile de fond qui apporte une réelle véracité à l’intrigue.

En résumé : voilà un coup de cœur que je n’avais pas vu venir ! L’époque est si bien reconstituée, l’enquête haletante et les personnages féminins à la fois fortes et en contraste. Je pense lire très rapidement le tome 2 à l’occasion du Cold Winter Challenge dont je vous parlerai dans les prochains jours.  Mais ceci est une autre histoire 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s